JURISPRUDENCE INTERNATIONALE

Richard MEESE
Docteur en droit. Avocat honoraire

L’activité droit de la mer des juridictions internationales, tant au niveau procédural qu’au plan du fond, va continuer à contribuer puissamment à l’application et l’interprétation de la Convention de Montego Bay. Elle se répartit en quatre affaires en cours d’instruction, dont une nouvelle, devant la Cour internationale de Justice (CIJ). Le Tribunal international du droit de la mer (TIDM) a rendu un arrêt sur le fond, deux ordonnances en indication de mesures conservatoires et a accueilli deux nouvelles affaires. Deux nouveaux arbitrages ont été portés devant un tribunal arbitral constitué conformément à l’annexe VII de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM). La chronique rapporte les suites des décisions rendues[1] et fait état des déclarations des Présidents et des rapports annuels des juridictions internationales permanentes, la CIJ et le TIDM et d’autres informations.

I. COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE (CIJ)

– Question de la délimitation du plateau continental entre le Nicaragua et la Colombie au-delà de 200 milles marins de la côte nicaraguayenne (Nicaragua c. Colombie). L’instruction de l’affaire introduite le 16 septembre 2013 se poursuit

– Violations alléguées de droits souverains et d’espaces maritimes dans la mer des Caraïbes (Nicaragua c. Colombie). L’instruction de l’affaire introduite le 26 novembre 2013 se poursuit

– Délimitation maritime dans l’océan Indien (Somalie c. Kenya). L’instruction de l’affaire introduite le 24 août 2014 se poursuit. Les audiences publiques ont été repoussées à 2020

– Revendications territoriale, insulaire et maritime du Guatemala (Guatemala / Belize). Saisine de la CIJ d’un différend entre le Guatemala et le Belize par voie de compromis le 7 juin 2019. L’instruction de l’affaire se poursuit.

II. TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER (TIDM)

– Affaire N° 25 introduite le 16 novembre 2015. Navire Norstar (Panama c. Italie). Arrêt du 10 avril 2019. Le Tribunal dit que l’Italie a enfreint l’article 87, paragraphe 1, de la CNUDM, que l’article 87, paragraphe 2 n’est pas applicable en l’espèce et que l’Italie n’a pas enfreint l’article 300 de la Convention et accorde au Panama une indemnité de 285 000 US dollars majoré d’intérêts

– Affaire N° 26 introduite le 16 avril 2019. Affaire relative à l’immobilisation de trois navires militaires ukrainiens (Ukraine c. Fédération de Russie), mesures conservatoires. Ordonnance du 25 mai 2019 enjoignant à la fédération de Russie de libérer les trois navires militaires ukrainiens et les 24 militaires

– Affaire N° 27 introduite le 21 mai 2019. Affaire du navire « San Padre Pio », mesures conservatoires. Ordonnance du 6 juillet 2019 ordonnant à la Suisse de déposer une caution et de s’engager, pour autant que nécessaire, à assurer la disponibilité du capitaine et des officiers lors d’une instance pénale et subséquemment au Nigéria à libérer le navire, sa cargaison et son personnel et leur permettre de quitter le pays

– Affaire N° 28 introduite le 24 septembre 2019. Différend relatif à la délimitation de la frontière maritime entre Maurice et les Maldives dans l’océan Indien (Maurice / Maldives). Dépôt d’exceptions préliminaires à la compétence par les Maldives le 18 décembre 2019

– Affaire N° 29 introduite le 17 décembre 2019. Affaire du navire « San Padre Pio » (N° 2) (Suisse c. Nigéria), Différend relatif à la saisie et à l’immobilisation du navire avec son équipage et sa cargaison.

III. ARBITRAGES AD HOC EN APPLICATION DE L’ANNEXE VII DE LA CNUDM.

– Arbitrage relatif à l’incident de l’Enrica Lexie (Italie c. Inde). Arbitrage initié le 26 juin 2015. L’instruction de l’affaire se poursuit avec des audiences tenues en juillet 2019

– Arbitrage relatif au Différend relatif à des droits côtiers dans la mer Noire, la mer d’Azov et dans le détroit de Kertch (Ukraine c. Russie) initié le 16 septembre 2016. A la suite d’une ordonnance de bifurcation de la procédure rendue le 20 août 2018, le Tribunal a tenu une audience de plaidoiries en juin 2019 sur les exceptions préliminaires soulevées par la Russie le 19 mai 2018

– Arbitrage relatif au Différend relatif à l’immobilisation de navires militaires ukrainiens et de l’équipage à bord (Ukraine c. Fédération de Russie) initié le 1er avril 2019. L’instruction se poursuit

– Arbitrage relatif au Différend relatif à la saisie et à l’immobilisation du navire « San Padre Pio » initié le 21 mai 2019. L’affaire a été transférée au TIDM le 17 décembre 2019

– Arbitrage relatif au Différend concernant la délimitation de la frontière maritime entre Maurice et les Maldives dans l’océan Indien (Maurice / Maldives) initié le 18 juin 2019. L’affaire a été transférée au TIDM le 27 septembre 2019.


[1] CIJ.- Obligation de négocier un accès à l’océan Pacifique (Bolivie c. Chili). Suite de l’Arrêt rendu le 1er octobre 2018 par lequel la Cour dit que le Chili n’est pas juridiquement obligé à négocier un accès souverain à l’océan Pacifique pour la Bolivie.

CIJ – Effets juridiques de la séparation de l’archipel des Chagos de Maurice en 1965. Suite de l’Avis consultatif rendu le 25 février 2019 par lequel la Cour est d’avis que, au regard du droit international, le processus de décolonisation de Maurice n’a pas été validement mené à bien lorsque ce pays a accédé à l’indépendance en 198 à la suite de la séparation de l’archipel des Chagos, que le Royaume-Uni est tenu, dans les plus brefs délais, de mettre fin à son administration de l’archipel des Chagos et que tous les Etats Membres sont tenus de coopérer avec l’Organisation des Nations Unies aux fins du parachèvement de la décolonisation de Maurice.

TIDM – Suite dans les Affaires N° 25, N° 26 et N° 27.

Ad hoc – Arbitrage relatif à l’Arctic Sunrise (Pays-Bas c. Fédération de Russie) initié le 4 octobre 2013. Suite de la sentence sur la compensation du 10 juillet 2017.

Ad hoc – Arbitrage relatif au Duzgit Integrity (Malte c. São Tomé-et-Principe) initié le 22 octobre 2013 Attente de potentielles réclamations de réparations par Malte après la sentence du 5 septembre 2016.

LE PLATEAU CONTINENTAL AU-DELÀ DES 200 MILLES ET

LA COMMISSION DES LIMITES DU PLATEAU CONTINENTAL (CLPC)

Richard MEESE
Docteur en droit. Avocat honoraire

Cette seizième chronique a pour objet de relater les faits et les nouvelles consacrés à l’actualité du plateau continental au-delà des 200 milles marins depuis le 1er août 2019 jusqu’au 31 juillet 2020. Elle rend compte de l’activité de la Commission des limites du plateau continental (CLPC), c’est-à-dire de l’examen des demandes des États côtiers d’étendre leur plateau continental au-delà des 200 milles marins, de l’émission des recommandations ou encore d’avis scientifiques et techniques, des arrangements provisoires d’ordre pratique ainsi que des accords de délimitation entre États y relatifs conclus, de la jurisprudence internationale sur ce sujet, et enfin de la fixation des limites extérieures de ce plateau par l’État côtier.

I. ASPECTS INSTITUTIONNELS

I.1. La Commission des limites du plateau continental (CLPC)

a)- 50ème session (1er juillet – 16 août 2019)

Cette session consacrée à des réunions plénières et à des réunions de neuf sous-commissions a procédé à l’examen des demandes des Etats suivants : Fédération de Russie, concernant l’océan Arctique (demande partielle révisée) ; Brésil, concernant sa région équatoriale (demande partielle révisée) ; Afrique du Sud et France (demande conjointe) concernant le secteur de l’archipel de Crozet et les îles du Prince-Édouard ; Kenya ; Nigéria ; Sri Lanka ; Portugal ; Palaos concernant sa région nord (demande partielle révisée) ; a adopté les recommandations sur la demande des Tonga concernant la partie orientale de la dorsale des Kermadec et a commencé l’examen des recommandations sur la demande de la France concernant La Réunion et les îles Saint-Paul et Amsterdam ainsi que sur celle de la Côte d’Ivoire. Elle contient également des informations sur les présentations faites à la Commission par la France concernant la Polynésie française et par Maurice concernant la partie sud de l’archipel des Chagos. Deux nouvelles Sous-commissions ont été établies pour examiner les demandes partielles de l’Espagne concernant la zone de la Galice et de l’Inde pour sa seule région extracôtière occidentale dans la mer arabe.

b)- 51ème session (14 octobre – 29 novembre 2019)

Cette session a été consacrée uniquement à des réunions techniques de dix sous-commissions qui ont instruit les demandes des Etats suivants : Russie concernant l’océan Arctique (communication partielle révisée) ; du Brésil concernant sa région du sud (communication partielle révisée); France et Afrique du Sud concernant la zone de l’archipel de Crozet et l’île du Prince Édouard; Kenya; Nigéria; Sri Lanka; Portugal; Palaos concernant sa région nord (demande partielle révisée), Espagne concernant la zone de la Galice et Inde pour sa seule région extracôtière occidentale dans la mer arabe.

c)- 52ème session (27 janvier – 13 mars 2020)

d)- 53ème session (6 juillet – 21 août 2020)

I.2. La 30ème Réunion des États parties à la CNUDM (juin 2020)

a)- La lettre du Président de la CLPC au Président de la Réunion (paraîtra en avril 2020)

b)- La Réunion et la Commission des limites du plateau continental

c)- La Réunion et les rapports annuels du Secrétaire général sur Les océans et le droit de la mer

I.3. L’Assemblée générale et Les océans et le droit de la mer

(voir Res/A/74/19, A/74/PV43 et AG/12224 du 10 décembre 2019)

II. LA CLPC ET son règlement intérieur

II.1. Le Règlement intérieur et les Directives scientifiques et techniques

II.2. L’établissement du titre et la fixation de la limite extérieure du plateau continental étendu : la demande simple

II.3. La fixation de la limite extérieure du plateau continental étendu et les différends : la demande sous l’Annexe I du Règlement intérieur

 

III. LES DÉLIMITATIONS DU PLATEAU CONTINENTAL ÉTENDU

III.1. Les accords de délimitation

III.2. Les arrangements provisoires d’ordre pratique

III.3. La jurisprudence (voir le plan de la chronique Règlement des différends et jurisprudence internationale)

IV. LES DEMANDES DES ÉTATS, LES RECOMMANDATIONS DE LA CLPC ET LA FIXATION DES LIMITES PAR L’ÉTAT CÔTIER

IV.1. Les demandes déposées au cours de la période

N° 85. La demande partielle de la Malaisie pour la partie nord de la mer de Chine méridionale du 12 décembre 2019 et objections de la Chine à son examen

IV.2. Les demandes examinées au cours de la période (Voir sous I.1)

– Espagne concernant la zone de la Galice (n° 47 du 11 mai 2009)

– Inde pour sa seule région extracôtière occidentale dans la mer arabe (n° 48 du 11 mai 2009)

IV.3. Les recommandations émises avec publication de leurs résumés

a)- Un bilan de la publication des recommandations

b)- Les recommandations du 11 juin 2010 concernant la demande conjointe des Etats fédérés de Micronésie, de la Papouasie-Nouvelle Guinée et des Îles Salomon concernant la zone d’Ontong Java

c)- Les recommandations du 2 août 2019 concernant la demande des Tonga

IV.4. La fixation des limites par l’État côtier